Version mobile

Découvrez la version mobile de notre site : un format et un contenu qui s'adapte à votre téléphone. L'essentiel à portée de main.

Restez informé

Recevez nos bons plans voyage

sur votre e-mail ou sur les reseaux sociaux

Recevoir les bons plans voyages sur votre e-mail automatiquement  

Aujourd'hui plus d’un tiers du trafic annuel de l’Aéroport d’Epinal-Mirecourt est représenté par l'activité "entraînement" des pilotes (civils et militaires).

Le développement très important qu'a connu l'aviation au cours des dernières décennies est à l'origine d'un besoin énorme de formation de pilotes et de qualification des équipages des compagnies. Aussi l'entraînement des pilotes a-t-il pris une part conséquente dans l'activité des transporteurs aériens.

Certains de ces derniers, à la recherche d'aéroports susceptibles d'accueillir un tel trafic, se sont tournés vers les terrains particulièrement bien équipés et pour lesquels un accroissement du nombre de mouvements "avions" ne serait pas synonyme de gêne : l'Aéroport d'EPINAL-MIRECOURT a répondu présent  !

Notre aéroport a été utilisé et est encore fréquenté aussi bien pour la formation initiale des pilotes (par les écoles ENAC, Eatis, etc.) que pour la qualification de leurs équipages par les compagnies aériennes telles que Swiss (ex-Swissair et Crossair), Air France, Edelweiss Air, easyJet, Helvetic Airways, Jet Aviation, Farnair, etc...

La proximité de l’Allemagne et de la Suisse (à 20mn de vol en jet) nous permet d’enregistrer de nombreux mouvements opérés par des écoles de pilotage et par des compagnies basées dans ces 2 pays frontaliers.

Les appareils utilisés le plus couramment sont de petits bimoteurs (Beech 58, Piper Seneca), des bi-turbopropulseurs (Beech 200 et 1900, Saab 340 ou 2000, Fokker 27 ou 50, ATR42 ou 72), des bi tri quadriréacteurs (MD81 à 87, Boeing 737 et 777, BAé 146 et dérivés, DC8, Airbus A300, A310, A320 et dérivés A319 et 321, A330 et A340...).

Au cours de ces séances de prise en main des appareils (la "mania"), les pilotes s'entraînent à l'atterrissage à vue ou aux instruments, soit un mouvement (touch-and-go) toutes les 6 minutes en moyenne.

Il est à noter que les armées françaises utilisent également nos installations pour l'entraînement de ses équipages, et il n'est pas rare de voir des appareils de transport et de liaison en tour de piste : des Xingu, TBM700, Transall, Hercules, etc. et plus rarement ravitailleur en vol KC135RF, pour l'Armée de l'Air, des hélicoptères Gazelle, Puma et Cougar de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre.

Un aéroport d'entraînement : 2 820 mètres de piste en pleine nature

Environnement aéronautique
> Des entraînements en toute sécurité dans une zone réglementée, sans planeurs, ULM et parachutages,
> Des conditions économiques intéressantes en fonction de la taille des appareils,
> Une infrastructure et du matériel adaptés à cette activité,
> La possibilité d'entraînements clés en main, réservations d'hôtels, de restaurants, de véhicules et d'activités touristiques et de loisirs,
> A disposition une salle de formation équipée de matériels pédagogiques, une salle de repos pour les équipages avec TV satellite, magnétoscope, distributeur de boissons, etc.